FAQs Speed

/

Qu'est-ce qu'une voile de speedflying?

La FSVL reprend ici la définition des constructeurs: En Suisse, afin de voler avec une voile vendue comme voile de «speedflying» ou «speedriding», l'extension de la licence de parapente au speedflying est obligatoire.

(Actuellement, une définition physique et technique pourrait être fondée sur la base de la charge alaire et du profil de l'aile. Il est cependant difficile de prévoir l'évolution de ces ailes).

Quelles sont les conditions pour pratiquer le speedflying?

Licence de parapente avec extension speedflying.

Est-ce que le speedflying est un sport à risque?

Sur le plan de l'assurance: oui. La SUVA et les compagnies d'assurance-accidents considèrent le speedflying comme «entreprise téméraire absolue». Les prestations en espèces (indemnité journalière, rente d'invalidité, rente de survivant) sont ainsi réduites. Les frais de soins médicaux ne sont pas réduits.

En quoi consiste exactement la formation au speedflying?

La licence «speedflying» est une extension de la licence de parapente. Cela signifie que la licence de parapente est une CONDITION PREALABLE INDISPENSABLE pour la pratique du speedflying.
L'extension speedflying peut être passée dans sa totalité auprès d'un instructeur de speedflying. La formation s'effectue conformément aux directives et à la fiche de contrôle de formation de la FSVL. A l'issue de la formation, l'élève passe un examen directement auprès de l'instructeur. Ce dernier confirme l'obtention de l'extension au speedflying et la FSVL inscrit «extension speedflying» dans la licence du pilote.

Comment trouver un instructeur de speedflying?

Les instructeurs de speedflying sont des instructeurs de parapente qui ont passé un examen complémentaire speedflying. Tu trouveras une liste de tous les instructeurs speedflying ici.

A quoi dois-je faire attention en tant que pilote de speedflying?

Les directives aériennes légales, en particulier «l'ordonnance sur les aéronefs de catégories spéciales» (OACS, RS 748.941) doivent être respectées. Les points les plus importants:

  • Afin de garantir les prétentions des tiers au sol, le speedflyer doit souscrire une assurance responsabilité civile d'une somme d'un million de francs Suisse au moins (art. 10 OACS).

  • Le speedflyer doit se munir de l'attestation d'assurance responsabilité civile (art. 10 OACS).

  • Les ailes de speedflying doivent être munies d'une marque distinctive bien visible apposée sur la face inférieure des surfaces sustentatrices. La marque distinctive doit correspondre à l'inscription figurant dans l'attestation d’'assurance responsabilité civile du speedflyer (art.11a de l'ordonnance sur les marques distinctives des aéronefs; OMDA, RS748.216.1).

  • Les départs et les atterrissages sont interdits sur les routes publiques et sur les pistes de ski (art. 8 OACS).

  • Les rassemblements en plein air, les bâtiments, les routes publiques, les pistes de ski, les installations de transports publics, notamment les chemins de fer, téléphériques et remonte-pentes, ainsi que les lignes électriques ou autres câbles sont à survoler ou à contourner à une distance suffisante (art. 8 OACS).

Mon assurance RC de parapente me couvre-t-elle également pour la pratique du speedflying?

Oui, à l'heure actuelle, l'assurance pilote contractée par le biais de la FSVL est aussi valable pour le speedflying. Les directives aériennes légales doivent évidemment être respectées.

Est-ce que mon assurance accidents couvre le speedflying?

Les frais de soins médicaux sont toujours couverts. Réduites sont les préstations en espèce (voir «Est-ce que le speedflying est un sport à risque?»).

Avec une «couverture de la différence LAA» (complément de l'assurance accidents établi par l'employeur) ces réductions sont également couvertes.

Ces réductions peuvent être assurées par une assurance complémentaire LAA privée.